Pour le fun, tout simplement 😉

Lasers & Sécurité

Logo "sécurité laser"

L’acronyme du mot LASER : Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation.

Les risques inhérent aux lasers proviennent de plusieurs facteurs comme : La puissance d’émission des lasers, leurs longueurs d’onde, la direction du faisceau et bien entendu des protections misent en œuvre.

Table des matières

Risques & technologie

Introduction

Le laser

L’acronyme du mot LASER : Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation.

Le laser est un producteur d’un type de lumière spécifique, très dense en énergie. Il est de nos utilisé dans de nombreux secteurs comme l’industrie, les télécommunications, la chirurgie, les armes, la construction et les machines amateurs de gravure et de découpe… On le retrouve aussi dans les lecteurs CD, DVD, pointeurs pour les présentations…

Tous les lasers ne sont pas aussi dangereux les uns par rapport aux autres.

Le risque provient de plusieurs facteurs comme : La puissance d’émission, la longueur d’onde, la direction du faisceau et bien entendu des protections misent en œuvre.

Ce document, bien que général, est plus spécifiquement destiné aux utilisateurs des machines suivantes :

  • Lasers Co2: Comme la machine Chinoise K40 (40W) et les autres Co2 bien sûr.
  • Diodes lasers : Comme l’Elekslaser (2,5 à 15W) et aussi les autres lasers à, diodes.
Lasers Co2 et diode

Les lasers c’est quoi ?

La lumière émise

La lumière émise par les lasers est fortement concentrée et dirigée en un étroit faisceau, à l’inverse d’une source de lumière classique qui rayonne dans toutes les directions.

Ses trois caractéristiques principales sont :

  • Il est monochromatique, c’est-à-dire qu’il émet une seule couleur. Cette couleur variant suivant les types des lasers.
  • Il est directionnel. Les rayons voyagent de manière parallèle et sont susceptibles de parcourir de très longues distances avec une faible divergence.
  • Il est cohérent. Les ondes qui le constituent sont en phase, elles sont synchronisées dans l’espace et le temps.

De par ses caractéristiques, le faisceau permet une très forte concentration sur une surface minimum. Si c’est là son grand intérêt, cela constitue aussi le danger fondamental notamment pour les yeux et la peau.

Longueurs d'onde lasers
64640

Les paramètres

Les lasers sont caractérisés par la puissance, la longueur d’onde et le type d’émission.

Longueur d’onde

L’énergie constituant la lumière laser se comporte comme une onde. La longueur d’onde est la distance entre deux crêtes du signal émit.

La longueur d’onde, en ce qui nous concerne, est généralement exprimée en nanomètres (nm 10-9 m) ou micromètres (µm 10-6 m). Cette dernière est échelonnée entre 190nm et 10 600nm.

Les différents lasers couvrent un très large spectre qui s’étend pour le visible du violet au rouge (400nm à 700nm) et pour l’invisible les ultra-violets (UV) et les infra-rouges (IR).

Spectre lumineux
Type d’émission
L’émission continue

C’est le cas du K40 et de l’Elekslaser.

L’émission est considérée continue lorsque sa durée dépasse ¼ de seconde. Ce temps correspond au temps du réflexe palpébral (Réflex de fermeture des paupières). En effet, lorsque l’œil est soumit à une intense lumière, les paupières ont le réflex de se refermer pour protéger les yeux.

Les impulsions

La longueur des impulsions peut varier de quelques femtosecondes (10-15 s) à quelque dizaine de millisecondes. Elles se succèdent à des fréquences très variables suivant le type d’utilisation.

Les impulsions peuvent être de trois types : Normales, déclenchées (Q-Switched) ou en mode bloqué.

La Puissance

La très forte puissance de certains lasers, concentrée sur une petite surface, est telle qu’elle permet de découper du métal.

Laser à émission continue

La puissance d’émission est exprimée en watt (W).

Cette puissance, suivant les lasers, peut varier de quelques milliwatt (mW) à plusieurs kilowatts (kW). Toutefois, à puissance moyenne égale, la puissance crête d’une impulsion unique en fonctionnement déclenché (Q-Switched) peut atteindre des puissances gigantesques de l’ordre du gigawatt (GW 109 W), voir du térawatt (TW 1012 W). Ces énormes puissances correspondent à une énergie libérée en très court laps de temps.

Laser à impulsions

La quantité d’énergie libérée par impulsion est exprimée en Joules (J) et on en quantifie la puissance en prenant en compte la durée d’impulsion. La puissance s’exprime en watt (W) et correspond à 1 J/s.

P (en W) = Energie (J) / Durée impulsion (s).

Pour un laser de 1 J :

  • 10 W si l’énergie est émise en 0,1 s.
  • 100 W si l’énergie est émise en 0,01 s.

De quoi est-il composé

Pour rester simple, un laser est constitué d’un élément actif, d’une source d’excitation et  d’une cavité de résonance.

  1. L’élément actif est composé d’atomes, molécules ou ions qui absorbent de l’énergie d’une source externe pour la transformer et l’émettre sous la forme d’une lumière laser monochromatique et cohérente. Le composant actif peut être sous forme solide, gazeuse ou liquide. On peut aussi trouver des composants actifs à base de semi-conducteurs, comme par exemple les diodes laser. C’est le type d’élément actif qui détermine la longueur d’onde émise par le laser et donc la couleur du faisceau, visible ou pas.
  2. La source d’excitation externe peut être électrique, optique ou chimique. Dans nos machines amateurs elle est bien entendu électrique.
  3. La cavité de résonance à pour tâche d’amplifier l’intensité du faisceau à l’aide de miroirs réfléchissants la lumière au cœur du composant actif.

A la sortie du faisceau (Extérieur de l’élément actif), des miroirs et des lentilles dirigent, alignent et concentrent la lumière générée.

Principe d'amplification

Types de lasers et applications

Laser à élément actif gazeux

Les principaux gaz utilisés sont :

  • Le dioxyde de carbone (CO2). (C’est le cas du K40: 10 600nm, régime continu, 40W).
  • L’argon (Ar).
  • Le mélange d’hélium et de néon (He, Ne).
  • Le krypton (Kr).

L’excitation des lasers au gaz est généralement fournie par une décharge électrique, il peut suivant le cas s’agir d’une impulsion de courant ou d’un courant continu.

On trouve des lasers à gaz avec des longueurs d’ondes très variées. Exemple :

  • Les Co2 ont une longueur d’onde qui est invisible. Sa valeur est de 10 600 nm (Ou 10,6 µm), donc dans l’infra-rouge dit « Ã©loigné Â». Ces lasers sont utilisés généralement dans la découpe et la soudure des matériaux.
  • Les modèles HeNe, très stables peuvent être pas plus épais qu’un stylo. Le faisceau est de couleur rouge avec une longueur d’onde de 633 nm. Ils servent aux alignements, guidages, lecteurs de code barre…
Laser a élément actif solide semi-conducteur

Ce sont les diodes laser, comme sur l’EleksLaser entre autres. Ils sont très compacts et résistant. Ils peuvent se trouver dans des produits comme les lecteurs de CD/DVD ou imprimante laser. Ils sont aussi utilisés dans les télécommunications.

Ces diodes sont constituées de matériaux semi-conducteurs comme l’arséniure de gallium (GaAs) ou l’arséniure de de gallium dopé à l’aluminium (GaAlAs).

Ils émettent généralement dans l’infra-rouge et le bas du spectre et leur puissance varie entre quelques milliwatts à plusieurs watts.

Les dangers du rayonnement laser

Tous dangereux ?

Les lasers ne sont pas tout dangereux, par contre ceux utilisés sur nos machines (K40 & Elekslaser) le sont !

En effet l’œil est capable d’absorber une certaine quantité de rayonnement sans danger. La norme Européenne CEI 60825-1 Sécurité des appareils à laser / Partie 1 : Classification des matériels, prescriptions et guide de l’utilisateur, nous montrent les limites sécuritaires des rayonnements.

Il est possible de mesurer la quantité de rayonnement d’un laser, mais les mesures et/ou les calculs sont très fastidieux. Il y a un moyen beaucoup plus simple pour, dans un premier temps, évaluer les risques, associés à ces rayonnements. Ce moyen plus simple consiste à utiliser la classification des appareils à lasers.

Les blessures

Les blessures au yeux

L’œil est sans conteste l’organe le plus sensible du corps humains aux rayonnements laser. Son exposition à un faisceau laser peut se faire de plusieurs manières :

  • La vision dans le faisceau. Le faisceau pénètre l’œil de manière directe.
  • La réflexion dans un miroir. Le faisceau pénètre l’œil après réflexion sur une surface réfléchissante.
  • La réflexion diffuse. Le ou les faisceaux sont générés par réflexion sur une surface réfléchissante irrégulière.

Les blessures aux yeux sont dues à l’absorption par la cornée, du rayonnement laser. Certaines longueurs d’ondes sont absorbées par la surface de l’œil et d’autres par la rétine. Il existe donc plusieurs types de lésions.

Alerte danger pour les yeux
Structure générale de l’œil

Structure générale de l’œil
 
Les brûlures de la rétine

Pour les longueurs d’ondes visibles et infra-rouge proche (400 à 1 400 nm), le faisceau est amplifié par une « loupe Â» formée par la cornée et le cristallin. Cela amplifie le rayonnement.

Le faisceau peut être suffisamment intense pour générer une brûlure de la rétine et créer une perte de vue localisée et permanente. Ces lésions se manifestent habituellement par le vision d’une tache noire d’une taille plus ou moins grande. Cela occasionne une forte fatigue durant la lecture et/ou une dégradation de la vision nocturne. Dans les cas les plus graves, ces brûlures peuvent rendre définitivement aveugle.

Les photokératites

Ce sont des brûlures très douloureuses à la cornée, l’exemple le plus courant est le « Flash du soudeur Â». Elles sont généralement causées par l’absorption, par la cornée,  de longueurs d’ondes s’étalant de l’ultra-violet proche à moyen (180 à 390 nm). Généralement elles se contentent d’être douloureuses et ne laissent pas de séquelles. Les symptômes de la photokératite se manifestent quelques heures après l’exposition et non pas immédiatement…

Les cataractes

Elles se manifestent généralement à long terme, faisant suite à des expositions répétées aux infra-rouges moyens et éloignés (1 400 nm à 1 mm) ainsi qu’aux ultra-violets proches. C’est une opacification du cristallin qui a pour conséquence de voiler la vision. Cette pathologie peut être corrigée par voie chirurgicale.

Les brûlures

La cornée peut subir des brûlures dues aux rayonnements infra-rouge moyen ou éloigné. Si la brûlure est superficielle elle peut guérir d’elle-même en quelques jours. Si elle est profonde elle produira une opacité permanente et nécessitera une opération chirurgicale.

Les blessures sur la peau

Les blessures peuvent être de nature thermique (Brûlure) ou photochimique (Comme un coup de soleil). Les rayonnements de forte puissance crête et à impulsions très brèves, peuvent détruire les tissus de la peau par un phénomène d’onde de choc. Cela peut aussi, bien entendu, atteindre les yeux.

Coups de soleil, cancer et viellissement prématuré de la peau

Ces affections peuvent se manifester suite à des expositions aux rayonnements ultra-violets et notamment dans l’intervalle de 200 à 380 nm. Les effets les plus forts sont dus aux ultra-violets moyens de 280 à 315 nm.

Sécheresse et brûlure de la peau

C’est l’exposition aux infra-rouges dans la bande des 700 à 1 00 nm qui cause des brûlures de la peau et /ou une sècheresse excessive de cette dernière.

Risques et longueurs d’onde :

Risques et longueurs d'onde
Les risques suivant les types de laser

Il est important de savoir qu’en dehors des longueurs d’ondes, que la puissance, le type et la durée d’exposition influence largement la gravité des blessures des yeux et de la peau.

Système de classification

Un système de classification a été adopté par norme Européenne (CEI 60825-1) afin de classer les lasers selon la quantité de rayonnement possible pendant un usage normal. Il existe un système similaire dans les normes Européennes.

Plus le chiffre est haut et plus le risque est important. Cette classification permet d’évaluer le danger représenté par le laser.

Classification des risques - Classes 1 et 2
Classification des risques - Classes 3A, 3B et 4
Classification des risques - Classes 1, 1M, 2, 2M, 3R, 3B et 4

Ce qu’il faut retenir :

Les faisceaux lasers sont susceptibles de causer des blessures aux yeux et à la peau.

Les blessures à la rétine provoquent une perte permanente et généralement localisée de la vision.

Les faisceaux lasers ne sont pas tous aussi dangereux les uns que les autres.

La classe d’un appareil laser permet d’estimer le danger du au rayonnement :

      • Classe 1 : Non dangereux.
      • Classes 2 & 3R : Normalement non dangereux à moins de regarder le faisceau intentionnellement.
      • Classes 3b & 4 : Dangereux.

Sécurité & protections

Sécurité de base

Electriques :

  • Basse et haute tensions dans les alimentations, capacités HT (Condensateurs).

Chimiques :

  • Colorants, solvants, gaz, cibles…

Incendie / Explosion :

  • Solvants, électricité statique.

Prévention :

  • Isolement mécanique et électrique.
  • Port de lunettes de protection adaptées.

Les moyens techniques

Zone contrôlée

La pièce de travail, l’atelier
  • On préférera des murs peint avec une couleur mat et foncé.
  • La pièce sera soit fermée à clef pendant lé découpe, la gravure ou les réglages ou un dispositif de lumière rouge sera placé à l’extérieur.
  • Au moins un détecteur de fumée sera placé dans la pièce, si possible asservi à une coupure de l’alimentation électrique de la machine.
  • Un dispositif d’extinction d’incendie sera présent : Un extincteur, un bac à sable, une épaisse couverture…
  • Tous les objets réfléchissants doivent être retirés de la pièce.
  • La pièce doit être bien éclairée, 500 lux minimum. Ceci afin d’éviter une dilatation de la rétine par manque de lumière.
La machine
  • Le plan de travail sera positionné à une hauteur d’environ 900mm.
  • La machine sera, si possible entièrement capotée. Pour la K40 et autres Co2 c’est indispensable! Pour l’Elekslaser et autres machines à diode, c’est plus que recommandé.
  • Les montures optiques seront peintes en noir mat. Et de préférence le châssis et les pièces constituant la machine seront aussi peints en noir mat.
  • La machine sera impérativement reliée à la terre. Les pièces mobiles comme le capot seront reliées au châssis par une tresse de masse.
Capotage de la machine
  • Le capot de la machine sera sécurisé avec une serrure fermant à clef et un contact de sécurité asservi à une coupure de l’alimentation électrique.
  • Une attention particulière sera apportée au refroidissement du tube ou de la diode.
    • Pour le tube d’un K40 ou autre Co2, le refroidissement sera assuré par circulation d’eau. Attention à bien changer l’eau fréquemment et de n’utiliser que de l’eau déminéralisée. Afin de pouvoir effectuer des tests ou un rinçage de l’installation, un purgeur sera installé sur le circuit.
    • Pour la diode d’un Elekslaser ou autre, la diode sera refroidie par un ventilateur dont l’efficacité devra être adaptée à la puissance de la diode utilisée.
  • Un dispositif de soufflage du point de focale sera installé pour différentes raisons :
    • Chasser les poussières et fumée en dehors de la zone de brûlage.
    • Refroidir la zone de brûlage pour éviter les départs d’incendies.
    • Et de par le fait, améliorer la qualité du travail réalisé.

  • Divers dispositifs, outre le verrouillage à clef du capot, seront installés :
    • Un bouton poussoir d’arrêt d’urgence.
    • Un système d’aspiration des fumées rejetant ces dernières à l’extérieur.
    • Un contact à clef (Ou un système à code) verrouillant la mise en service du boitier de commande.
    • Un signal de fonctionnement sonore ou lumineux.
    • Une éventuelle alarme de dépassement de température.
  • Le faisceau sera protégé par un écran translucide arrêtant les rayonnements.

Les matières plastiques comme le polyméthylméthacrylate et le polycarbonate suffisent à bloquer la propagation laser à des longueurs d’onde supérieures à 5 000 nm (IR éloignés comme le K40).

L’opérateur
  • On ne portera pas de montre, bracelet, bagues, alliance… Afin d’éviter la réflexion de la lumière.
  • On portera les lunettes adéquates avant la mise en route de la machine et ceci jusqu’à son extinction complète.
  • On travaillera en position debout et on ne se penchera pas au niveau de la machine lorsqu’elle est en phase travail. Pour une position de travaille assit, on choisira des chaises hautes.
  • L’ordinateur de commande sera placé bien au-dessus du plan laser.
Principes importants
  • On atténuera le faisceau dès que l’émission maximale n’est plus nécessaire (Alignements, réglages). On passera donc en puissance réduite dès que la puissance maximum n’est pas utile.
  • La machine sera nettoyée, à l’aide d’un aspirateur (Bidon), après chaque séance de travail pour éviter l’accumulation des poussières et donc un risque d’incendie. Sans compter l’usure prématurée des pièces, notamment les miroirs…
  • Pour toutes interventions sur l’électronique ou l’électricité, la machine sera déconnectée de sa source d’alimentation 240V. Attention aux condensateurs des alimentation HT des lasers Co2…

Protection oculaire

D 400–700 L8 CE XX

  • D (Ou DO) pour laser à émission continu.
  • 400-700 c’est la longueur d’onde du laser concerné.
  • L8 c’est l’échelon de protection (1 à 8); plus le chiffre est élevé, plus c’est protecteur.
  • CE c’est la certification Européenne.
  • XX c’est la marque du fabricant.

Attention donc à utiliser les bonnes lunettes, surtout si plusieurs types de lasers. Pour des lasers différents, soit des lunettes différentes, soit des lunettes qui couvrent les spectres respectifs des lasers utilisés.

  • Ne jamais regarder volontairement le faisceau ou une réflexion.
  • Ne pas garder l’œil dans le faisceau.
  • Toujours mettre les lunettes avant de démarrer le laser.
  • Avoir d’autres paires de lunettes à disposition des visiteurs.

Pancarte de sécurité

Pour les lasers Co2 (K40)

Pancarte de sécurité "Lasers"

 

Les contaminants

Les opérations de découpe et de gravure sur des matériaux à base de lasers, produisent des contaminants sous formes gazeuse et sous forme de particules. On peut donc les inhaler profondément, ce qui entraine des effets nocifs sur la santé : Irritation des voies respiratoires, allergies, fibroses, cancer, intoxication…

Exemples :

  • Coupe de la fibre de verre : Génère des particules de 400 µm à 1µm. Ces fines particules atteindront les alvéoles des poumons et, à long terme, créeront des fibroses. Ces fibroses diminuent les capacités respiratoires.
  • Coupe des plastiques et des matériaux composites : Génère de multiples produits de décomposition comme le benzène, le formaldéhyde, le chlorure de benzil, hydrocarbures polycycliques aromatiques (HPA)… Toutes ces émanations sont dangereuses pour la santé et les effets peuvent aller de la simple irritation des voies respiratoires au cancer.
Les matériaux à risque

Matériaux

DANGER!

Cause/Conséquence

PVC

Poly Vinyl Chloride / vinyl

Émet du chlore à la découpe.

Ne jamais utiliser ce matériaux, il dégraderait l’optique, causerait de la rouille et finirait par détruirait la machine. Le chlore gazeux peut se transformer en HCl sur la lentille, le transformant en gaz de séléniure d’hydrogène. MORTEL.

Cuir artificiel / Skaï / cuirette

Contient du PVC facilement inflammable et émet du chlore.

Dégrade l’optique et la machine et émet des gaz mortels.

Polycarbonate fin >1mm

Se coupe mal, prend feu.

Le polycarbonate se trouve souvent en forme de fine plaque.

ABS

Emet du cyanure.

Fond, qualité de découpe très mauvaise.

HDPE / Bouteille de lait en plastique

Prends feu et fond.

Ne pas utiliser.

Mousse de polystyrène

Prend feu.

Prend feu, fond. 1ere cause d’incendie.

Mousse de Polypropylène

Prend feu.

Comme le Polystyrène, il fond et prend feu.

Fibre de verre

Fume beaucoup.

C’est un mélange de deux matériaux qu’on ne peut couper. Verre et résine d’époxy.

Fibre de carbone enduite

Émets des vapeurs nocives.

Un mélange de deux matériaux. Le mince tapis de fibre de carbone peut être coupé, mais pas lorsqu’il est enduit.

Source => FabLab LANNION

Les incendies

Les lasers de classe 4 (Tout nos lasers amateurs de découpe/gravure) sont suffisamment puissants pour enflammer des matières combustibles ou inflammables se trouvant dans l’environnement de travail. Cela concerne et autres, les produits usinés, les vêtements, les papiers…

Quelques exemples

Un laser dont le faisceau est orienté vers la bas (Elekslaser) protège contre l’exposition au faisceau. Toutefois, il faut garder à l’esprit qu’un faisceau réfléchi présente un danger pour l’œil, même en cas de situation diffuse.

Un laser Co2 (K40) peut produire des réflexions diffuses significatives sur une distance de 2m à partir du point de focale. Le rayonnement étant invisible (10 600 nm), la personne exposée ressentira de la chaleur sur la peau. Ce rayonnement ne présente pas de danger pour la rétine, mais peut causer des brûlures de la cornée. Attention aux rayonnements générés lors de l’entretien ou de l’alignement.

En cas d’accident

Sensations

  • Eblouissement, flash.
  • Baisse de l’acuité visuelle.
  • Présence de sang dans le champ de vision.
  • Post-image, zone aveugle dans le champ de vision.

Bonnes réactions

  • Arrêt immédiat du laser.
  • Pas de panique, de toute façon le mal est fait.
  • Consulter un ophtalmologiste en urgence.

Suites possibles

  • Evolution positive ou négative dans les jours qui suivent suite à la cicatrisation.
  • Dommage en vision périphérique.
  • Dans certains cas, même si la fovéa est touchée, le cerveau parvient à moyen termes à s’adapter en recentrant le champ de vision et en retrouvant de l’acuité visuelle.

I – Les Normes

Les normes

 

II – Lunettes de protection

Choix des lunettes

  • Définir si les lunettes de protection seront utilisés avec un ou plusieurs types de lasers.
  • Connaitre les puissances maximums qui peuvent être émises.
  • Il faut également tenir compte de la transparence du filtre afin de ne pas être gêné par une opacité trop importante.

Les abréviations :

  • OD = Optical Density (Densité Optique) :Il s’agit de la protection du filtre, en puissance de 10. par exemple, un filtre OD=7, se traduit par une atténuation de 107de la puissance d’entrée, et ce durant 10 secondes maximum.
  • %VLT = Visual Light Transmission (Transmission visuel de lumière) :Ce paramètre renseigne sur l’opacité des lunettes, plus ce pourcentage est important, plus la visibilité et le confort de vision sont bons.
  • Mode= Il s’agit du mode du Laser :
  • D= mode « continu Â» (temps de pulse supérieur à 0,25s)
Ces modes la ne nous concernent pas :
  • I= mode « pulse Â» (temps de pulse compris entre 1µ et 0,25s).
  • R= mode « Giant pulse Â» (temps de pulse 1ns et 1µs).
  • M= mode « Ultra fast Â» (temps de pulse inférieur à 1ns).

  •  Choisir la ou les longueurs d’ondes concernées.
  • Choir la monture adaptée à votre visage, et surtout si vous portez des lunettes correctives faites le choix d’une monture pouvant englober totalement vos lunettes de vue sans occasionner aucune gêne.

Instructions

Vérifiez toujours que les longueurs d’ondes indiquées sur les lunettes correspondent aux longueurs d’ondes du ou des lasers utilisés.

Ne jamais regarder directement dans le faisceau laser ou une réflexion.

Les lunettes sont conçues pour des réflexions diffuses seulement aux longueurs d’ondes inscrites et non pour protéger des faisceaux directs ou à d’autres longueurs d’ondes non mentionnées.

Assurez-vous que vos lunettes sont ajustées de façon sécuritaire, sinon changez les.

Vérifiez l’état de vos lunettes de sécurité laser avant de les porter.

Ne les utilisez pas si elles sont piquées, fissurées, égratignées, décolorées ou autrement endommagées. Ces lunettes doivent être remplacées.

Rangez vos lunettes dans un boîtier lorsque inutilisées.

Mises en garde

Ne regardez jamais directement dans le faisceau laser même en portant les lunettes de sécurité laser.

N’utilisez jamais les lunettes de protection laser comme lunettes de soleil ou pour conduire un véhicule. Elles peuvent altérer votre perception de certaines couleurs.

Nettoyage des lunettes

Suivez les instructions du fabricant des lunettes et en l’absence d’instructions:

  • Lavez avec un savon doux et de l’eau
  • Rincez à l’eau propre
  • Séchez à l’air ou délicatement avec un tissu doux et propre

Afin de conserver la résistance d’impact avec les filtres de vos lunettes de sécurité laser, n’utilisez pas d’ammoniac, de produits nettoyants alcalins, abrasifs ou des solvants.

III – En cas d’accident

Couper immédiatement l’alimentation de la machine en utilisant le bouton poussoir d’arrêt d’urgence.

Poser une compresse sèche et stérile sur les yeux et s’asseoir.

Prendre la fiche descriptive du laser avec soi.

Appeler le 911.

Se faire amener immédiatement aux urgences de l’hôpital.

IV РK40, Fiche de s̩curit̩

Cette fiche « Sécurité Â» concerne les machines de type K40, mais aussi toutes les machines amateurs équipées d’un tube Co2.

Châssis & capot

Ces machines sont livrées avec un capot. Ce capot doit :

  • Comporter une entrée et une sortie d’air qui sera acheminée vers l’extérieur. Une pompe assurera la circulation forcée de l’air dans la machine pour évacuer micros particules et fumées nocives.
  • Les tubes Co2 chauffant énormément, une réserve d’eau doit se trouver à proximité et une pompe doit se charger de faire circuler l’eau dans le but de refroidir le tube laser.
  • Il est plus que recommander d’avoir une sonde de température qui coupera l’alimentation du laser en cas de température excessive du tube laser.

Conseils de sécurité

  1. Peintre toutes les parties intérieurs de la machine en noir mat (Ou gris foncé), ceci afin d’éviter les réflexions.
  2. Installer une évacuation des fumées vers l’extérieur.
  3. Installer un circuit de refroidissement forcé à eau.
  4. Le capot doit être verrouillable et comporter un contact de sécurité qui aura exactement la même fonction que le bouton poussoir d’arrêt d’urgence.

Partie électrique

La machine doit être reliée à la terre et les parties mobiles du capotage reliées au châssis fixe par des tresses de masse.

Un bouton poussoir d’arrêt d’urgence est indispensable et doit impérativement couper l’alimentation électrique de la machine.

Ne jamais intervenir sur les pièces électriques de la machine lorsque cette dernière est sous tension, d’autant plus que nous sommes en présence de 240 V et d’une source 15 000 V !

Equipement

Porter des lunettes de protection homologuées, et les mettre avant même de démarrer la machine. Ne pas les ôter avant l’arrêt total de la machine.

Bien que ne protégeant pas des micros particules et des gaz nocifs, il est préférable de porter un masque filtrant qui arrêtera néanmoins les résidus non évacués à l’extérieur.

Attention à ne porter aucun bijoux (Bagues, alliances, bracelets…)

L’atelier

Il doit être bien ventilé pour éviter l’accumulation de particules ou fumées nocives résiduelles, et bien éclairé pour éviter une dilatation des pupilles rendant l’œil plus vulnérable.

Dans l’idéal les mûrs seront de teinte foncée et aucun objet réfléchissant n’y seront fixé (cadre brillant, miroirs…).

A proximité de la machine, sera positionné un extincteur et une couverture épaisse en cas d’incendie.

Le poste de travail

Il doit être positionné à environ 900 mm de haut.

Le PC de commande doit être situé au dessus du plan de travail.

La machine devra être nettoyée après chaque utilisation :

  • Passage d’un aspirateur partout dans la zone de travail.
  • Les miroirs devront être essuyé ou nettoyés. On utilisera pour cela des chiffonnettes microfibres et de l’alcool isopropylique.

Une fiche sera disponible en cas d’accident. Elle reprendra la totalité des caractéristiques du laser utilisé.

Position de travail

On travaillera en position debout ou bien assit sur une chaise haute.

Durant le fonctionnement du laser on ne se penchera pas afin de ne pas être dans le champ d’action du laser.

V – Elekslaser, Fiche de sécurité

Cette fiche « Sécurité Â» concerne les machines de type Elekslaser, mais aussi toutes les machines amateurs non capotées et équipées de diodes laser.

Châssis & capot

Ces machines sont la plupart du temps livrées sans capot. Cela peut s’avérer très dangereux pour deux raisons évidentes :

  • Le laser est directement visible et des réflexions peuvent être très dangereuses. Notamment pour un enfant de petite taille ou d’un animal domestique.
  • La dispersion dans la pièce de micros particules et de fumées nocives.

Conseils de sécurité

  1. Peintre toutes les parties de la machine en noir mat (Ou gris foncé), ceci afin d’éviter les réflexions.
  2. Capoter la machine dans son intégralité et installer une évacuation des fumées vers l’extérieur.
  3. Le capot doit être verrouillable et comporter un contact de sécurité qui aura exactement la même fonction que le bouton poussoir d’arrêt d’urgence.

Partie électrique

La machine doit être reliée à la terre et les parties mobiles du capotage reliées au châssis fixe par des tresses de masse.

Un bouton poussoir d’arrêt d’urgence est indispensable et doit impérativement couper l’alimentation électrique de la machine.

Ne jamais intervenir sur les pièces électriques de la machine lorsque cette dernière est sous tension.

Equipement

Porter des lunettes de protection homologuées, et les mettre avant même de démarrer la machine. Ne pas les ôter avant l’arrêt total de la machine.

Bien que ne protégeant pas des micros particules et des gaz nocifs, il est préférable de porter un masque filtrant qui arrêtera néanmoins les résidus non évacués à l’extérieur.

Attention à ne porter aucun bijoux (Bagues, alliances, bracelets…)

L’atelier

Il doit être bien ventilé pour éviter l’accumulation de particules ou fumées nocives résiduelles, et bien éclairé pour éviter une dilatation des pupilles rendant l’œil plus vulnérable.

Dans l’idéal les mûrs seront de teinte foncée et aucun objet réfléchissant n’y seront fixé (cadre brillant, miroirs…).

A proximité de la machine, sera positionné un extincteur et une couverture épaisse en cas d’incendie.

Le poste de travail

Il doit être positionné à environ 900 mm de haut.

Le PC de commande doit être situé au dessus du plan de travail.

La machine devra être nettoyée après chaque utilisation :

  • Passage d’un aspirateur partout dans la zone de travail.

Une fiche sera disponible en cas d’accident. Elle reprendra la totalité des caractéristiques du laser utilisé.

Position de travail

On travaillera en position debout ou bien assit sur une chaise haute.

Durant le fonctionnement du laser on ne se penchera pas afin de ne pas être dans le champ d’action du laser.


Add Your Comment

* Indicates Required Field

Your email address will not be published.

*

19 + six =